La crise des 2 ans : Comment la gérer ?

Enfance -

La crise des 2 ans : Comment la gérer ?

Refuser de porter une veste par temps de gel. Dire "non" à tout. Se jeter par terre, ça vous dit quelque chose ? Quel que soit l'âge de votre enfant, ces signes pourraient être un indice que les soi-disant "deux terribles" ont frappé. Et même si cette phase n'est pas amusante, c'est en fait une bonne chose, selon les experts.

Ce qu'un enfant fait, c'est tester les limites, ce qui est sa façon de distinguer le bien du mal. En d'autres termes, c'est une expérience d'apprentissage, et même au milieu de ses crises de colère les plus fortes et les plus spectaculaires, votre enfant se tourne vers vous pour obtenir des conseils et un soutien. Ainsi, même si le terrible épisode des deux ans est aussi terrible que vous l'imaginiez, apprendre ce qui déclenche réellement cette phase et pourquoi elle est si cruciale pour grandir vous aidera, vous et votre enfant, à traverser ces moments difficiles.

crise des 2 ans

1) Les terribles two chez les bébés c’est quoi ?

Tout d'abord, le nom lui-même peut être une erreur. Les deux terribles sont caractérisées par un comportement provocateur, notamment le fait de dire "non", de frapper, de donner des coups de pied, de mordre ou d'ignorer les règles peuvent commencer dès le lendemain d'un premier anniversaire ou ne s'installer qu'à l'âge de trois ans.

Mais il y a une raison pour laquelle le surnom terrible de "deux" est resté : C'est vers l'âge de deux ans que les tout-petits atteignent généralement les étapes clés de leur développement, notamment la communication en phrases de deux ou trois mots, la marche, l'escalade et la compréhension de concepts concrets comme "le mien", "non" et "mauvais", qu'ils n'ont pas nécessairement compris lorsqu'ils étaient bébés. À la base, le comportement classique de l'enfant durant cette période consiste à tester les limites, à affirmer son indépendance et à apprendre à communiquer ses besoins et ses désirs.

Après 12 mois, c'est-à-dire la phase de confiance ou de méfiance, commence la phase d’individualisme, qui consiste à explorer l'autonomie ou le doute de soi. Cette phase dure de un à quatre ans environ, c'est pourquoi les parents peuvent observer un comportement terrible à deux différents moments de la petite enfance. Lorsqu'un enfant réussit à traverser cette phase, il gagne en autonomie et en estime de soi. C'est une bonne nouvelle !

crise bebe 2 ans

2) Quelle est la cause ?

Bien qu'il soit ennuyeux et épuisant probablement pour vous deux la crise des 2 ans est un stade de développement normal et le signe que votre enfant a franchi des étapes de développement assez importantes. Ils sont vraiment intelligents à ce stade. C'est vers l'âge de deux ans qu'ils s'améliorent pour marcher, sauter, parler et se faire comprendre, et qu'ils commencent à imiter ce que font les autres. Ils veulent aider à nettoyer, parler au téléphone, se laver les mains et suivre des routines d'adultes. Mais ils ne savent toujours pas ce qui n'est pas sûr, c'est pourquoi ils peuvent tester les limites.

Ils évaluent également leur indépendance : Les tout-petits veulent faire les choses par eux-mêmes, mais ils veulent aussi que quelqu'un les surveille de près et n'ont peut-être pas le langage nécessaire pour communiquer leurs désirs. Par exemple, ils peuvent vouloir mettre leurs chaussettes tout seuls, mais ils veulent que vous les regardiez, ou ils veulent que vous les aidiez, mais seulement en tirant le tissu sur leurs orteils. Et si vous ne répondez pas à leurs attentes exactes ? Bonjour, les colères.

porteur enfant

Un Porteur style Voiture : Le jouet pour lutter contre la rébellion

A cet âge là, les petits enfants sont en plein développement de leur capacités motrices. Le porteur les aidera à apprendre à marcher et surtout permettra à l'enfant de dépenser l'énergie qu'il a lors de la journée. Ils ont besoin à cet âge de bouger, faire des activités physiques et découvrir des choses. Le porteur est vraiment le jouet idéal pour faire grandir votre petit et lutter à sa façon contre le surplus d'énergie qu’ont les enfants vers les 2 ans.

3) Crise des 2 ans à 15 mois et 16 mois

Bien qu'il n'y ait pas de liste définitive des signes et de l’âge exact indiquant que la phase de deux ans  est en cours et que chaque enfant est différent, ces indices courants peuvent vous indiquer que votre enfant a atteint la phase de deux ans, même s'il n'a pas exactement deux ans. En effet il arrive que des enfants déclenchent leur crise des 2 ans un peu plus tôt.

bebe crise

4) Les premiers symptômes

  • Se sentir frustré lorsque leurs souhaits ne sont pas pleinement compris. Une cause fréquente de cette terrible crise de colère de deux ans est la frustration d'un enfant qui ne peut pas lire dans les pensées de la personne qui s'occupe de lui. Par exemple, il peut demander de l'eau, mais celle-ci fond en larmes parce que vous la lui avez donnée dans une tasse rouge au lieu d'une bleue. Une fois que les tout-petits peuvent mieux communiquer leurs besoins, les crises de colère commencent à s'estomper.
  • Coups de pied, morsures ou coups de poing. Comme les enfants n'ont pas toujours les mots pour s'exprimer et qu'ils sont encore en train de contrôler leurs pulsions, ils peuvent se mettre à se battre physiquement. Aussi ennuyeux que cela puisse être, les coups de pied et les coups de poing vont de pair, mais bien que ce soit courant, c'est un comportement qui doit être géré de manière cohérente afin d'y mettre un terme.
  • Les crises de colère. Pleurer, gémir ou se jeter par terre sont les éléments communs d'une terrible crise de colère.
  • Dire "non". Même si le "non" n'a pas de sens dans la situation comme lorsque vous offrez un dessert ou un jouet préféré, les tout-petits ont tendance à abuser de cette phrase pendant qu'ils testent les limites et apprennent le pouvoir du mot.
  • Combats territoriaux. À ce stade, les tout-petits apprennent le concept du "mien", selon les experts. C'est pourquoi ils peuvent devenir très territoriaux et se battre avec des personnes et même des animaux domestiques qui prennent ce qui leur appartient, même s'il s'agit d'un objet commun comme un canapé, une chaise ou un endroit précis sur le sol.

5) Combien de temps durent cette période ?

Même si la scène semble durer éternellement, les experts affirment que le comportement des enfants de deux ans se calmera une fois que votre enfant sera mieux à même de comprendre les règles, de communiquer ce qu'il veut et de réaliser que la mauvaise couleur de tasse ne signifie pas la fin du monde.

Cela dit, la durée de la terrible expérience dépend en partie de la façon dont vous gérez le comportement. Les enfants doivent apprendre la cohérence, ce qui signifie que tout le monde, y compris les personnes qui s'occupent d'eux, sont sur la même longueur d'onde. La façon de gérer la crise des 2 ans dépend de la personnalité unique de votre enfant, ainsi que de votre approche de la discipline.

crise de colere 2 ans bebe

A) Crise de colère bébé 2 ans

1) Comment gérer les crises de colère incontrôlables

Tout d'abord, prenez une grande respiration. S'il n'est pas facile de faire face à la situation, il est possible de trouver une stratégie et de s'y tenir pour éviter les crises, pleurs et autres comportements difficiles.

Il n'est pas agréable d'être témoin d'une terrible crise de colère  en plein essor, mais voici un conseil : Plus un enfant reçoit d'attention pour son comportement, même s'il est négatif, plus il le fera parce qu'il pense que c'est un jeu. Même s'il n'est pas facile d'ignorer un enfant qui pique des colères, allongé face contre terre, essayez de vous éloigner, de résister à l'envie et de lui demander ce qui ne va pas. Parlez absolument d'une voix calme.

S'il est difficile de gérer une crise de colère chez un enfant en bas âge, il peut être encore plus difficile de faire face à un effondrement complet en public. Ne vous laissez pas abattre, c'est un aspect normal de la petite enfance. De nombreux parents s'inquiètent d'une crise de colère en public. Sachez qu’il n’y a aucune honte à réprimander votre enfant en public, tout le monde est passé par là.

2) Quelles sont donc les tactiques que vous pouvez utiliser pour gérer une crise de colère en public ?

Par exemple, vous êtes dans un restaurant lorsque votre enfant fait une crise de colère pour le type de crayon qu'il veut. Quelle est la meilleure tactique ? Tout d'abord, ne dites pas à votre enfant qu'il est mauvais. Essayez plutôt de raconter comment il se sent. Tu as l'air vraiment frustré. Tu voulais vraiment un crayon bleu, non ? Cela peut l'aider à trouver les mots pour communiquer sa frustration.

3) Distraire l’attention

Sortir votre enfant de la situation et aller faire une promenade, regarder une photo sur le mur ou lui donner un jouet de votre sac à main peuvent tous contribuer à détourner son attention et donc de canaliser sa colère initiale. N'oubliez pas que vous lui apprenez à communiquer de manière appropriée et à gérer la frustration et ses émotions. En l'aidant à exprimer sa colère et à trouver un moyen de modifier ses émotions négatives, vous la préparez à réussir.

À la fin de la journée, rappelez-vous ce que pratiquement tous les parents qui ont eu un enfant en bas âge savent : les crises de colère et l’agitation sont normales. Il faut toujours rester calme et se rappeler que c'est beaucoup moins gênant à l'âge de 2 ans qu'à 10 ans. Les jouets sont des armes excellentes pour calmer les crises de nerfs des petits en détournant leur attention, n’hésitez pas à regarder nos collections de jouets.

voitures jouets miniatures

B) Comment éviter les crises de nerfs

Voici la bonne nouvelle : Les experts et les parents s'accordent à dire qu'il est possible d'anticiper les points de déclenchement pour votre enfant et d'étouffer les crises de colère dans l'œuf.

C'est une option qui fonctionne bien pour certains parents : Raconter ce à quoi votre enfant doit s'attendre. "Je dis à mon enfant de 2 ans exactement ce que je vais faire avant de le faire : J'ai sa petite sœur à aller coucher, alors je lui explique que je dois la mettre dans son berceau et que si elle joue tranquillement pendant quelques minutes, je le rejoindrai pour jouer. Elle sait que je vais revenir et qu'elle comprend que pour que nous puissions jouer ensemble, sa sœur a besoin de s'endormir, elle ne se met pas autant en colère". Il ne faut surtout pas réagir avec colère et se montrer le plus affectif possible.

Donner à votre enfant une idée de ce qui va se passer et de ce qui va venir est une bonne chose. Les tout-petits ne connaissent pas la chronologie et ont leurs propres plans, vous pouvez donc l'aider à anticiper les prochaines étapes. Au lieu de dire "Nous partons maintenant", donnez-lui un avertissement en quatre étapes. Dites que vous êtes au parc. Au lieu de précipiter votre enfant quand il est temps de partir, anticipez votre sortie 10 minutes à l'avance et donnez-lui un avertissement juste. Cinq minutes plus tard, rappelez-lui que vous partez très bientôt. Deux minutes : "Encore deux minutes et c'est fini." Enfin, dites à votre enfant : "C'est ta dernière minute avant que nous partions.  

Une bonne approche pour prévenir les crises de rage consiste à anticiper l'état émotionnel de votre enfant et à éviter de le submerger d'activités et de choix, surtout s'il a eu une journée chargée. Si vous êtes fatigué et que vous avez faim, vous risquez de vous sentir un peu brusque. Il en va de même pour un jeune enfant. Donc si vous avez déjà eu une journée bien remplie, ce n'est peut-être pas le moment idéal pour faire un arrêt à l'épicerie. Si votre enfant semble avoir chaud et être épuisé, un dîner entre amis n'est peut-être pas la meilleure idée. En planifiant à l'avance, vous pouvez éviter les crises de colère avant qu'elles ne commencent.

refus manger enfant

C) Refus de manger

Vous avez tout essayé : le marchandage, la plaidoirie, les pépites de poulet en forme de dinosaure. Et pourtant, votre enfant ne veut pas manger. Ça vous rappelle quelque chose ? Vous n'êtes pas seule. Les tout-petits sont connus pour leur sélectivité quand il s'agit de nourriture. Pourtant, après une longue grève de la faim de votre petit, vous vous demandez peut-être : est-ce le signe d'un problème plus grave ? Et, quoi qu'il en soit, comment pouvez-vous aborder au mieux le problème d'un enfant qui ne mange pas ?

Bien qu'un comportement alimentaire difficile ou même une interruption temporaire de l'alimentation ne soit généralement pas une source d'inquiétude, il est parfois préférable d'obtenir une aide professionnelle. 

D) Une période normale pour les enfants ?

Tout comme les hauts et les bas de l'apprentissage de la propreté et la perte occasionnelle de l'heure de la sieste, les repas difficiles font partie du quotidien des parents de jeunes enfants. Si votre enfant refuse d'accepter tout ce que vous lui proposez, ce n'est probablement pas le reflet de vos compétences parentales ou d'un problème médical. Il est beaucoup plus probable que votre enfant traverse une phase de développement normale.

L'alimentation sélective ou difficile se manifeste souvent entre 12 et 18 mois. Le terme officiel pour cela est la "néophobie alimentaire" : la peur des nouveaux aliments. Cette phase coïncide avec la capacité à marcher.  De plus, après une croissance extrêmement rapide au cours de la première année de vie, les enfants commencent à prendre du poids plus lentement. Cela peut naturellement diminuer leur faim, ce qui les rend plus susceptibles de manger de plus petites portions.

L'intérêt croissant de votre enfant pour le monde qui l'entoure peut également contribuer à la diminution de son appétit. Avec tout ce qu'ils ont à voir et à faire maintenant qu'ils peuvent marcher, ils n'ont peut-être tout simplement pas la patience de s'asseoir à un repas traditionnel.

La bonne nouvelle, c'est que les enfants de cet âge sont souvent assez doués pour remarquer quand la faim attire vraiment leur attention. Les pédiatres conseillent depuis longtemps aux parents de jeunes enfants de regarder la semaine et non le jour lorsqu'il s'agit de nourriture. Quoi qu’il arrive cette période est tout à fait normal chez les petits ne vous inquiétez pas. Contactez un médecin seulement si cette période devient assez longue.

crise sommeil

E) Crise du sommeil 2 ans

Quand tout va bien, la nuit est un pur plaisir, mais quand ce n'est pas le cas, il est naturel de commencer à craindre de voir le soleil se coucher. Courir après votre enfant, le mettre en pyjama, fermer la porte de la chambre pendant qu’il hurle de l'autre côté... Beaucoup de nos petits lapins résistent à l'heure du coucher. Ils détestent quitter le plaisir de courir, de grimper et de toucher. Essayer de comprendre ce qui se passe

Voici les raisons courantes pour lesquelles les tout-petits se battent à l'heure du coucher.

Raisons pour lesquelles les bébés refusent de dormir toute la nuit

  • Il est surexcité (télévision, activités)

 

  • Quelque chose le dérange des lumières brillantes, des bruits forts ou une gêne (il fait ses dents, a trop chaud, trop froid, a le nez bouché ou des pyjamas qui le démangent, a mangé trop tard, etc.)

 

  • Il est curieux et têtu, il ne veut pas aller dans sa chambre parce qu'il veut voir ce que font les autres.

 

 

  • Il est accro à votre aide, il n'a pas encore appris à s'endormir sans que vous le berciez, le nourrissiez et le teniez.

 

  • Il traverse une phase de crainte, il a du mal à rester seul et à faire face à une foule de soucis, des étrangers aux chiens en passant par le tonnerre.

 

  • L'heure du coucher n'est pas la bonne : vous le mettez au lit trop tôt il n'est pas fatigué ou trop tard.

Mais quelle que soit la raison, il existe de nombreuses façons de l'aider à surmonter ces obstacles. Et l'un des meilleurs moyens est de travailler sur les aptitudes à l'heure du coucher, tout au long de la journée.

Comment faire dormir les tout-petits de 2 et 3 ans

Il est naturel que les tout-petits refusent de dormir. Si vous cherchez à savoir comment faire dormir votre enfant, suivez les conseils ci-dessous. Gardez une routine. Veillez à ce que votre enfant ait les mêmes heures de réveil et de sommeil chaque jour. Veillez également à ce que l'heure de la sieste ne soit pas trop tardive afin d'éviter toute interférence avec son heure de sommeil.

Créez un environnement calme. Au moins 30 minutes avant l'heure du sommeil, veillez à créer un environnement calme pour votre enfant. Essayez de lire un livre ou de lui faire prendre un bain dans le cadre de cette routine, évitez les activités à forte stimulation comme la télévision ou les films. Faire revenir le calme et essayer d’apaiser votre enfant vous aideront à traverser les crises. La respiration est essentielle à l’apaisement de l’enfant.  

Gardez l'environnement de la chambre sombre et calme. Ne permettez pas à votre enfant de regarder la télévision dans sa chambre ou d'avoir des cris dans son lit (iPads, iPhones, etc.). Vous pouvez avoir une veilleuse faible et de la musique douce, mais évitez tout ce qui a un écran.

Limitez la nourriture et les boissons avant le coucher. Vous souvenez-vous du film "Gremlins" ? L'une des règles était de ne pas les nourrir ou leur donner de l'eau après un certain temps. Pratiquez cette règle avec votre enfant pour éviter qu'il ne passe du stade de mignon et câlin à celui de Gremlin complet.

Mettez votre enfant au lit. Veillez à mettre votre enfant au lit lorsqu'il est endormi, mais encore éveillé. Vous voulez qu'il apprenne à s'endormir tout seul.

Cauchemars. Si votre enfant fait un cauchemar et se précipite dans votre lit, c'est tout à fait normal. Cependant, une fois qu'il s'est calmé, il faut le remettre dans son lit. Essayez de l'entourer de divers objets de confort pour qu'il se sente en sécurité et qu'il apprenne à s'endormir tout seul.

crise des 2 ans jumeaux

Terrible two avec des Jumeaux

À l'approche de la deuxième année de vie du jumeau, l'aide extérieure se dissipe quelque peu et les parents sont laissés à eux-mêmes pour s'en sortir.  L'idée de prendre une longue douche chaude devient de plus en plus séduisante, mais toujours hors de portée.  Il n'est tout simplement pas possible de prendre ces quelques minutes alors que les jumeaux grimpent maintenant sur tout ce qui se trouve à portée de vue.  Et si l'un d'eux n'a pas pensé à cette idée, l'autre y pensera et la suivra.  Deux à deux, quelle joie !

Vers l'âge de deux ans, les jumeaux commencent à développer une plus grande curiosité pour le monde et un sentiment d'indépendance. Faites attention lorsque vous essayez de fixer des limites. C'est la première astuce pour survivre aux « terribles jumeaux » et l'une des plus importantes.  Survivre à la terrible épreuve des jumeaux peut parfois sembler décourageant, mais il est possible de s'en sortir. À cette époque d'indépendance, il est également possible de voir apparaître une certaine rivalité fraternelle, surtout avec des jumeaux du même sexe. En tant que parents, le grand mot à la mode est "partager", mais je dois vous dire que les jumeaux ont besoin de se sentir propriétaires de certaines choses car ils sont obligés de partager plus souvent qu'un seul enfant.

Si c'est possible, laissez les jumeaux avoir certains de leurs propres jouets et ne les obligez pas à les partager avec l'autre.  Cela se fera naturellement, car ils commenceront à se voir comme des camarades de jeu.  S'ils ont toujours le sentiment que quelque chose leur sera pris et donné à l'autre, leur besoin de s'accrocher à l'objet sera plus grand.

Phase d’opposition : Bébé dit Non à tout

Les parents de nourrissons attendent souvent avec impatience le moment où les enfants commencent à parler et peuvent exprimer ce dont ils ont besoin ou ce qu'ils veulent. Cependant, le mot préféré de votre enfant deviendra vite "non", nous pouvons nous tourner avec nostalgie vers l'étape non verbale. Bien que le stade du "non" soit souvent frustrant, il constitue également une étape importante pour les enfants et souvent un moyen de célébrer leur indépendance nouvellement acquise. Dire "non" est une partie saine, normale et importante de l'autonomie naissante d'un enfant.

La période de développement des tout-petits entre 18 et 36 mois peut être une période d'extrêmes. Une minute, les enfants peuvent être câlins et coopératifs,  la minute suivante, affirmative et contraire. À ce stade, les enfants commencent généralement à ressentir leur pouvoir. "Non" est un mot très puissant qui attire l'attention des adultes. Les enfants aiment l'essayer, pour ensuite revenir en courant vers la sécurité et le confort d'un parent ou d'un enseignant. Parfois, "non" est utilisé simplement pour voir que les mots suscitent des réactions, et parfois non est vraiment non. Les tout-petits et les enfants de 2 ans commencent à se sentir grands et indépendants et apprennent jusqu'où cette indépendance les mènera. Il est utile de se rappeler que les tout-petits veulent contrôler leur environnement  et être responsables.

Conseils pour l'éducation des enfants en bas âge pendant la phase du non

Vous trouverez ci-dessous des conseils qui peuvent vous aider à soutenir votre enfant dans les comportements typiques des tout-petits et à ce stade critique de leur développement :

  • Établissez des routines prévisibles, cohérentes et faciles à comprendre pour votre enfant.
  • Pensez à la fréquence à laquelle vous dites non à vos enfants et essayez de la réduire au minimum. Le modelage est un moyen essentiel d'apprentissage pour les enfants. Au lieu de dire : "Non, on ne peut pas lire d'histoires parce que tu ne t'es pas brossé les dents", dites : "Après t'être bien brossé les dents, on lira des histoires. "
  • Expliquez le comportement que vous souhaitez voir adopter par votre enfant en pleine croissance. Transformez une affirmation négative en une affirmation positive. Au lieu de dire : "Pas de saut sur le canapé", expliquez : "Nous nous asseyons sur le canapé pour nous câliner et lire. Le sol est l'endroit où les gens sautent. Doit-on lire sur le canapé ou sauter par terre ?"
  • Évitez les luttes de pouvoir et entraînez-vous à dire oui, sauf lorsqu'il s'agit de questions de santé et de sécurité. Calmer le jeu. Choisissez vos combats. Par exemple, se battre pour des vêtements avec des enfants n'est pas une bataille qui mérite d'être menée. Avant de dire non, posez-vous la question : "Pourquoi pas ? Est-ce vraiment important que mon enfant porte des rayures et des pois à l'école ou des bottes de pluie par une journée ensoleillée ?
  • Rendez les tâches amusantes quand vous le pouvez pour éviter d'entendre "non". Plutôt que de dire à votre enfant : "C'est le moment de ranger tes jouets", essayez "Voyons à quelle vitesse tu peux ranger tes blocs". Je ferme les yeux et je compte". Vous pouvez aussi régler un minuteur : "Rangeons les blocs avant que le minuteur ne sonne".
  • Employez l'humour. "Voyons combien de fois nous pouvons dire non ensemble et ensuite dire oui ensemble." Inventez des chansons
  • Remarquez que votre enfant fait bien les choses. "Merci d'avoir ramassé les blocs. Tu as été si rapide ! Maintenant nous avons plus de temps pour lire des histoires." Les encouragements positifs et l'éducation parentale renforcent la confiance en soi et aident également votre enfant à comprendre et à répéter les comportements souhaités.
  • Développez de l’empathie pour votre enfant. Les punitions ne sont toujours pas la solution pour calmer les colères, l’agressivité du nouveau-né.

 

Et n'oubliez pas que, même si vous avez réduit au minimum votre utilisation du mot "non" et donné à votre enfant de nombreux choix, il lui arrivera parfois de s'entêter et de refuser. Si vous êtes à la maison, expliquez-lui patiemment ce que vous voulez qu'il fasse et pourquoi. Si une crise de colère s'ensuit, attendez calmement qu'elle s'apaise et offrez-lui une oreille attentive et réconfortante. Si vous êtes dans un lieu public, vous pouvez la prendre dans vos bras et l'écouter dans la voiture.

Même avec vos meilleures intentions, l’étape des 2 ans reste difficile pour papa et maman. Si vous criez ou perdez votre sang-froid, cela arrive. Vous ne pouvez pas vous en vouloir. Mais si vous avez l'impression de vous débattre ou si vous avez l'impression que votre enfant est constamment en train de faire des crises de colère et des caprices, il est peut-être temps de faire appel à un soutien extérieur... N'ayez pas peur de demander des conseils. Cependant il ne faut jamais oublier que cette étape est une phase normale et essentielle du développement de votre enfant, elle passera mais est nécessaire pour la croissance de votre petit. Tout parent bienveillant souhaite le meilleur pour éduquer ses enfants, retenez bien que chaque enfant à un tempérament bien à lui.  La meilleure chose reste à occuper les enfants au maximum, et pour cela, il n’y a rien de mieux que des jouets.

voitures telecommandees enfant